Le Gallais, un roc breton au parcours fou

Une poupée au bout de l'auriculaire droit, une béquille dans la main gauche. Ce matin, Pierre Le Gallais s'est « encore cassé la figure ». À 88 ans, le cofondateur de la clinique psychiatrique de Champigny n'est plus très agile. Mais il a conservé sa vivacité d'esprit et son caractère. « Il n'est pas toujours facile, reconnaît l'un de ses proches. En même temps, c'est un battant. Il a toujours surmonté les difficultés. ».

Sa force de caractère, le Dr Le Gallais la doit notamment à ses origines bretonnes - même si sa famille a rapidement quitté le Morbihan pour la région parisienne. Des origines qu'il a inscrites dans le nom sa clinique, Ker Yonnec, Ker signifiant « maison ».

Rien ne prédisposait ce fils de limonadier, aîné de quatre enfants, à devenir psychiatre. « J'ai eu une vocation spontanée pour la médecine, après un bac du philo\sciences », raconte-t-il. Lors de son internat, Pierre Le Galais fait une rencontre déterminante avec le professeur Henri Ey, « maître à penser de la psychiatrie », qui considérait la schizophrénie comme une pathologie de la conscience. En 1953, à la faculté de médecine de Paris, le doctorant soutient sa thèse intitulée « Méconnaissances systématisées chez les schizophrènes. »

Pour son premier poste, Pierre Le Gallais choisit de travailler à l'étranger, au Brésil, missionné par le ministère des Affaires étrangères. Il y restera cinq ans, le temps de lancer « un service de thérapie organisationnelle, qu'on appelle aujourd'hui l'ergothérapie. »

De retour en France, le médecin rejoint un centre de rééducation pour « enfants caractériels », dans l'Oise. Il rencontre une jeune infirmière, Michèle, qui deviendra sa femme et qui l'accompagnera durant toute sa carrière. Ensemble, ils vont reprendre, en 1967, la clinique du Château d'Oisy (Nièvre), puis créer la clinique Ker Yonnec, dix ans plus tard, à Champigny.

La clinique a été régulièrement modernisée et agrandie ; elle compte aujourd'hui 160 lits et fait travailler 140 personnes. Pierre Le Gallais a passé le témoin en 2012 à sa fille aînée, Gwenaële.

Le néo-Icaunais avait « flashé » pour le site de Champigny, « avec cette magnifique vue panoramique sur la vallée de l'Yonne ».


Natif du Morbihan, le Dr Pierre Le Gallais a fondé la clinique psychiatrique de Champigny après avoir travaillé au Brésil et été champion du monde d'athlétisme. 

Le Dr Pierre Le Gallais est décédé le lundi 9 février 2015 à Fréjus (Var).